fbpx

Parents inspirants #1 : Anne-Laure du blog « Maman est psychomot »

  • Accueil
  • /
  • Blog
  • /
  • Parents inspirants #1 : Anne-Laure du blog « Maman est psychomot »

Dernière mise à jour le avril 17, 2021

« Ecoutez-vous et vous allez y arriver avec brio »

Anne-Laure, Maman est psychomot

Maman et psychomotricienne, Anne-Laure a créé son blog « Maman est psychomot » en 2016, avec la page Facebook du même nom.

Au fil des semaines, elle nous y parle de son quotidien, son métier, son matériel, sa fille « Mademoiselle »… avec humour et sensibilité.

Elle a gentiment accepté de nous en parler ici.

Hello Anne-Laure,

Merci d’avoir accepté de participer au premier article « Parents inspirants » !

On commence par ton travail de psychomotricienne.

Ta vie pro

Peux-tu nous parler de ton travail de psychomotricienne ? Exerces-tu en structure ou en libéral et auprès de quel public ?

J’ai d’abord travaillé en institution pendant 5 ans (en IME) puis il y a 9 ans j’ai ouvert mon cabinet libéral. Dans un premier temps j’ai travaillé à mi temps dans ce cabinet et à mi temps dans une association accueillant un public avec autisme.

La lourdeur institutionnelle a eu raison de moi et depuis 2 ans je ne fais que du libéral. Je garde une grande proportion d’enfants autistes dans mes patients car c’est ma spécialité principale. Mais je reçois aussi de plus en plus de patients en difficulté scolaire (graphisme, TDA/H…).

Pour quelles raisons un enfant peut-il avoir besoin de séances de psychomotricité ?

Pour plein de raisons !

La psychomotricité est un mélange de thérapie et de rééducation, avec parfois un domaine plus ou moins marqué chez certains psychomotriciens. Elle va permettre un mieux être corporel et de mieux s’adapter aux attentes de l’environnement.

Je reçois certains enfants parce qu’ils ont des angoisses importantes et on travaille à partir de la relaxation et des ressentis corporels… d’autres ont des troubles de la sensorialité… d’autres ont des problèmes de coordinations, des troubles dys (comme la dysgraphie), ou ont besoin de mouvement permanent…

Le fil rouge est toujours d’avoir le corps au centre de nos préoccupations, quelle que soit notre orientation théorique. 

Les adultes peuvent-ils être concernés par une prise en charge en psychomotricité ?

La psychomotricité commence en périnatal (avec par exemple des séances de rééducation avec la femme enceinte), passe par le prématuré, l’enfant, l’adulte… et la personne âgée.

Notre corps nous suivi toute notre vie, il doit s’adapter à ses changements, aux accidents, aux attentes qui changent… c’est une réactualisation permanente, et parfois il faut un peu d’aide !

Comment se passent les suivis ? (Durée et déroulement d’une séance, durée de prise en charge…)

Un suivi débute toujours par un bilan. C’est à ce moment-là que l’on va pouvoir définir toutes les capacités de la personne, ses objectifs (et ceux de la famille), et comment on va pouvoir essayer de les atteindre.

Généralement je reçois les enfants sur des séances de 45 min, une ou deux fois par semaine. Parfois ce sont des séances plus courtes quand il n’est pas possible pour le patient de se mobiliser sur un temps aussi long.

La durée de la prise en charge est variable, certains ont un « déclic » en 2 ou 3 séances, d’autres ont un suivi depuis des années, soit parce que leur pathologie le nécessite, soit parce que la psychomotricité est ceux qui leur permet de pouvoir rester dans les attendu du milieu ordinaire…

Le contenu de la séance est très dépendant des objectifs et de ce qu’apporte le patient de ses intérêts et de lui même 😉

Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours (choix du métier, études, formations complémentaires…) ?

J’ai découvert ce que je voulais faire au lycée 🙂 J’avais prévu d’inventer un métier ou on pourrait accéder au psychisme par le corps en mouvement, notamment par la danse. On m’a fait remarquer que ce métier existait déjà et qu’il s’appelait la psychomotricité 🙂

J’ai fait une prépa aux concours, une école de psychomotricité… et voila 🙂

Lors de mon premier poste, je suis tombée amoureuse de l’accompagnement des patients autistes et j’ai fait de très nombreuses formations sur le sujet. J’ai élargi au sensoriel.

Et depuis peu je me tourne de plus en plus vers le TDA/H et le haut potentiel 🙂

TON BLOG

C’est pour parler de ton métier et bien plus que tu as créé ton blog en 2016, et tu publies également tes articles sur ta page Facebook… tu peux nous raconter comment t’es venu l’idée de créer un blog et l’évolution au fil des années ?

Le blog est parti de l’idée qu’on avait tendance à cloisonner les domaines, la psychomot d’un côté, l’ortho de l’autre, le quotidien… alors que tout est entremêlé et s’enrichit.

On fait de la psychomot tous les jours, même si ce n’est pas de la rééducation/thérapie. Au quotidien, on stimule toutes les fonctions. Il n’y a pas besoin « d’avoir l’air » de travailler pour travailler. Et plus une stimulation est « naturelle » et intégrée dans le jeu et le quotidien de l’enfant plus on a de chance qu’elle soit efficace.

C’est aussi l’occasion de pouvoir parler de l’éducation positive et bienveillante, et de s’en prendre à certains stéréotypes qui la voit comme une forme de laxisme.

Accompagner son enfant ça peut aussi se faire dans la douceur, l’écoute, sans cri ni punition tout en leur donnant les règles sociales et les limites dont ils ont besoin 🙂

Ton blog regorge d’infos et d’idées de jeux, de livres, d’activités, de recettes…C’est par exemple sur ton blog que j’ai découvert les « invitations à jouer » que je ne connaissais pas avant. Ou trouves-tu l’inspiration pour tes articles ?

Je traine beaucoup sur Instagram ou Pinterest 🙂

Généralement je vois une idée, je n’ai pas le matériel, alors je la modifie, puis le thème ne colle pas à Mademoiselle ou les enfants du cabinet alors je remodifie… des fois le résultat est loin du départ mais cela m’a servi de point d’inspiration 🙂

Les enfants apportent beaucoup d’idées d’eux même aussi.

J’ai parcouru pas mal de tes (très chouettes) articles. J’en ai sélectionné deux que j’aime beaucoup.
Ils sont tellement bienveillants, si importants pour les parents, pour les rassurer, les déculpabiliser, les encourager et les valoriser…

https://www.mamanestpsychomot.com/2019/10/16/la-figure-d-attachement/

https://www.mamanestpsychomot.com/2018/06/18/%C3%A9puisement-des-enfants-laissons-les-souffler/

As-tu, toi, des articles préférés, dont tu es fière ? (tu peux répondre « tous » 🙂 )

Je n’en ai aucune idée ;p

Peut-être celui la parce que ça a été un moment vraiment fort et marquant dans ma carrière je pense :
https://www.mamanestpsychomot.com/2018/05/22/la-toute-petite-fille-et-le-gland/

En vrai quand je viens de les écrire je déteste mes articles. Il faut bien que j’attende 6 mois ou 1 an pour les relire et me dire que c’est pas si mal que ça finalement 🙂

Que t’ont apporté ton blog et ta page Facebook depuis ces 5 années ? (échanges, rencontres, opportunités pro, partenariats, cheminement perso… ?)

Il m’a pas mal poussée à réfléchir à ma pratique et surtout à ma façon de faire avec ma fille, ne pas être que dans le faire mais aussi réfléchir à ce qu’on fait, prendre du recul…

J’aime aussi également les échanges que je peux avoir avec les gens, certains noms reviennent souvent dans les commentaires alors on les repère et on finit par avoir l’impression de se connaître 🙂

J’ai eu quelques partenariats qui m’ont permis de faire de belles découvertes et je continue à me former et m’informer quand je veux écrire sur un thème en particulier 🙂

Cela m’a aussi permis de me dire que si un jour je trouve du temps (hahaha) peut être je pourrais m’essayer à l’écriture 🙂

COTÉ PERSO

Tu es maman d’une petite fille, que tu appelles « Mademoiselle » dans tes articles. Quel âge a-t-elle et en quelle classe est-elle ?

Elle a 5 ans 3/4 (oui je fais du déni de l’arrivée des 6 ans) et elle est en grande section de maternelle 🙂

En quoi le fait d’avoir eu un enfant a modifié ta pratique professionnelle et ton regard sur l’enfance et la parentalité ?

On apprend par l’expérimentation que la parentalité n’est pas une question d’objectivité et c’est tant mieux 🙂

Je crois que ça a changé peu de choses, mais que je prends encore plus de temps et de douceur pour annoncer, expliquer et rassurer les parents sur la situation et sur leurs choix et leur compétence.

Allaitement, portage, diversification… quels choix as tu fait dans les premiers mois de ta fille ? As tu rencontré des difficultés ?

On a essayé de tout faire au mieux au fur et à mesure qu’on découvrait :p

Les bébés ce n’était clairement pas ma spécialité, je reçois les enfants à partir de 5 ans car je ne me sens pas assez formée avant, en dehors de l’autisme. Une des deux marraines de ma fille nous a offert un porte bébé physiologique, c’est comme ça que j’ai connu ce mode de portage.

Mademoiselle était ce qu’on appelle un « BABI » un bébé aux besoins intenses. Le portage s’est donc fait naturellement vu qu’on ne pouvait pas la poser :p

J’ai allaité les 11 premiers mois. Le départ a été très difficile, elle ne savait pas téter et la lactation s’est mal mise en place du coup. Après 4 jours de réflexions de la sage femme qui me disait que si cela ne marchait pas c’était parce que inconsciemment je ne voulais pas nourrir ma fille, je l’ai mise à la porte de la chambre (il faudra que j’écrive un article sur ça un jour :p). Je me suis adressée à des gens formés et après ça a été 11 mois de bonheur.

J’ai arrêté car j’ai une sclérose en plaque et que je devais prendre un traitement (certains disent que ce n’est pas incompatible mais pour moi il n’y avait pas assez d’études sur ce sujet). En 3 jours elle était passée a autre chose, et moi il m’a fallu 3 mois pour m’en remettre :p

La gnome ayant une hypersensibilité sensorielle, la diversification on a fait comme on a pu :p On lui a proposé de tout, on a noté ce qui passé et on a essayé de varier à partir de là 😉

On s’est beaucoup attaché également à lui trouver uniquement des chaussures souples, des vêtements adaptés à la motricité des enfants et un siège auto toujours validé par Sécurange 🙂

Tu as récemment abordé le diagnostic HPI de ta fille, souhaites-tu nous en parler ici ?

Pour l’instant je n’ai pas assez de recul pour le faire.

Bon une partie de moi savais, j’ai toujours adapté son environnement et ses activités à là où elle en était et ses centres d’intérêt, indépendamment d’un HPI ou pas et je continue a faire pareil.

Pour le reste (retour de l’école, formation…) c’est encore trop frais pour moi.

Mais au moins on ne peut plus dire que c’est dans ma tête. J’ai reçu énormément de messages sur « pourquoi faire un bilan si on a pas encore de soucis » de gens qui hésitaient. Je crois que ça aussi ce serait un bon sujet d’article 🙂

ÉQUILIBRE…

Comment réussis-tu à combiner ta vie pro et ta vie perso ?

Je me suis mise uniquement en libéral et ça a tout changé pour moi 🙂

Cela me permet de pouvoir avoir des journées très chargées (par exemple quand elle va chez son père) et de pouvoir dégager du temps de qualité avec elle, pour pouvoir manger avec elle certains midis, pouvoir aller la chercher le soir au clae… Quitte à la faire garder un soir pour avancer, quand je suis avec elle j’essaie d’être disponible (pour de vrai 😉 ) et de ne pas la stresser à la faire courir pour tout 🙂

Rencontres-tu des difficultés au quotidien et as-tu des astuces pour y palier ?

Le temps 🙂 Je suis toujours à court de temps ! Du coup je m’organise de plus en plus (planning des repas de la semaine, des tâches à effectuer…) pour ne pas en perdre ou devoir me réorganiser en boucle ce qui crée de la fatigue et du stress 🙂

J’ai aussi appris à m’appuyer sur les gens autour de moi et sur leurs compétences. Pendant longtemps j’ai voulu tout gérer toute seule, et puis je me suis aperçue que les gens aiment bien aussi parfois rendre service en utilisant leurs super pouvoir qu’on ne possède pas nous même (coucou la marraine qui trouve toujours les chaussures souples sur lesquelles moi je ne tombe jamais).

LES MOTS DE LA FIN

Quels conseils donnerais-tu à des parents qui attendent leur premier enfant ?

Prenez le temps de lire, de vous informer, écoutez les conseils autour de vous… digérez le tout et faites comme vous vous le sentez à la fin.

C’est vous qui connaissez le mieux votre enfant, c’est vous qui comprenez le mieux vos besoins.

Il y a plein de choses qui existent, plein de sources d’informations sur lesquelles s’appuyer. Quand vous avez connaissance de ces outils laissez vous vivre, utilisez  ceux dont vous avez besoin, créez vous les votre et laissez tomber le reste.

Écoutez vous, vous allez y arriver avec brio 🙂 

Anne-Laure,

Maman est psychomot

Le blog Maman est psychomot

Sa page Facebook

Bébé, dis-moi comment tu joues : le livret à télécharger

Favoriser les découvertes de votre enfant et ses premiers apprentissages

20 pages d'infos et de conseils concrets

Vous aimerez aussi...

Mélodie ne fait pas mes nuits
On n’est pas préparé à ça
De la naissance à la marche : les 12 points essentiels pour favoriser la motricité de bébé
Faut-il « stimuler » votre bébé ? (+vidéo)
15 conseils pour aider votre enfant à développer son langage (+vidéo)
Comment gérer sereinement les écrans en famille ?
10 clés pour réussir le portage physiologique de votre bébé
Port du masque et développement du langage du tout-petit : faut-il s’inquiéter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}